Charlotte Perriand

(1903 – 1999)

Figure majeure de lʼarchitecture intérieure au XX° siècle, Charlotte Perriand est une pionnière qui a mené durant soixante dix ans de création une réflexion politique et éthique débouchant sur un habitat adapté à l’homme moderne. Grâce à son Bar sous le toit exposé avec succès au Salon dʼautomne en 1927 alors quʼelle nʼest quʼune jeune diplômée de 24 ans fraîchement sortie de lʼUnion centrale des arts décoratifs, elle entre de plain pied dans le club fermé de lʼavant garde française.

Elle intègre lʼéquipe de Le Corbusier et Pierre Jeanneret qui lui confient lʼaménagement intérieur des villas construites par lʼagence. Elle participe activement en 1929 à la fondation de lʼUnion des artistes modernes (UAM) présidée par Robert Mallet-Stevens.

Durant les dix années de sa collaboration avec le Corbusier, elle poursuit ses recherches sur un habitat et un mobilier pour le plus grand nombre. Elle sʼintéresse aux nouveaux matériaux tels que lʼacier et le verre et aux nouvelles fonctionnalités quʼoffre le progrès pour améliorer le bien- être dans le logis. Elle partage avec Fernand Léger la réalisation du Pavillon de lʼagriculture à lʼExposition Internationale de 1937, une tribune qui lui permet de développer la technique du photomontage pour la communication de ses idées politiques. En 1940, elle est officiellement nommée par le gouvernement japonais Conseillère dans lʼart industriel et part sʼinstaller là-bas. Elle se retrouve enthousiasmée par les principes modulaires de lʼarchitecture locale si proches de ses propres conceptions.

De retour en France après la guerre, elle concrétise dès 1952 ses idées en matière de mobilier au sein des Ateliers Jean Prouvé, où elle est chargée de lʼamélioration esthétique du mobilier. Enfin le vaste chantier des Arcs en Savoie, où elle est responsable de la conception et de lʼaménagement intérieur des appartements, est pour elle lʼoccasion dʼappliquer ses idées en matière de fabrication en série. Elle décède en 1999.

Partager

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp

Mobiliers

  • Charlotte Perriand /
  • Pierre Jeanneret
Ca. 1947
  • Charlotte Perriand /
  • Pierre Jeanneret
Ca. 1949
  • Charlotte Perriand /
  • Pierre Jeanneret
Ca. 1947
  • Charlotte Perriand

Lit

Ca. 1950
  • Charlotte Perriand /
  • Pierre Jeanneret /
  • Le Corbusier
Ca. 1930
  • Charlotte Perriand
Ca. 1947
  • Charlotte Perriand
Ca. 1960
  • Charlotte Perriand
Ca. 1950
  • Charlotte Perriand
Ca. 1960

Living with Charlotte Perriand

Cette fascination de François Laffanour pour le travail de Charlotte Perriand, cette ambition de le partager et de le défendre auprès des plus grands collectionneurs a débuté au Marché aux puces de Saint Ouen en 1979 avant qu’il ouvre la galerie du 18 rue de Seine, en 1982. Il n’est pas étonnant de constater dans cet ouvrage que les collectionneurs d’Art Contemporain sont également les premiers collectionneurs du mobilier de Charlotte Perriand. Ces derniers apprécient les formes minimales, la subtilité et la puissance avec lesquelles Charlotte Perriand a su travailler tout au long de sa vie les différents bois qui se retrouvent transformés en de véritables sculptures, comme ces bureaux ‘en forme’, réalisés en pin au sortir de la guerre.

En s’intéressant dès le début à faire redécouvrir les grands créateurs des années 50, à commencer par Charlotte Perriand et Jean Prouvé, François Laffanour a été porté par une intuition et une conviction : qu’il lui fallait les défendre, les présenter et les mettre en scène magistralement et subtilement dans les foires et salons du monde entier afin de convaincre d’abord les collectionneurs les plus exigeants. Ce livre est la preuve que la première vertu d’un grand marchand est de transmettre et de valoriser le talent des grands créateurs. On ne peut que se féliciter de voir la variété et l’excellence du travail de Charlotte Perriand dans de si beaux environnements.

C’est à travers ce regard sur les différents meubles de Perriand que François Laffanour a su subtilement les présenter, à la galerie pour ses expositions, lors de foires internationales pour des présentations éphémères et qui a été repris par ses collectionneurs tout au long de ces années.

Maîtres de la Modernité

Malgré la volonté de l’exposition de 1925 à Paris, de défendre les arts décoratifs et industriels modernes, la Société des artistes décorateurs s’enlise dans la tradition, la Compagnie des Arts Français s’entiche du style Louis Philippe, Jacques Emile Ruhlmann réhabilite l’idée du luxe, il crée pour l’élite. L’opulence et la polychromie sont à l’ordre du jour. La société du Salon d’Automne, invite les membres du Werkbund allemand en 1910. La modernité gronde depuis l’établissement de cette association en 1907 « pour anoblir le travail industriel dans la coopération de l’art, de l’industrie et de l’artisanat » prolongé par la création de l’école du Bauhaus en 1919. Le Corbusier et Ozenfant théorisent la question de la vie moderne en France en 1920, lorsqu’ils publient la revue l’Esprit Nouveau, revue rationaliste française de l’Art Constructif International.

Au salon d’automne de 1927, à la fois contemporaine et moderne, Charlotte Perriand présente « Le bar sous le toit », un ensemble influencé par les temps modernes, en acier chromé et aluminium anodisé. La même année, intégrée dans l’agence de Le Corbusier, elle reprend le programme théorique « des casiers, des chaises des tables, l’équipement de l’habitation » et expose en 1929 du mobilier édité par Thonet, chaque pièce porte le sigle Thonet-Le Corbusier-Pierre Jeanneret-Charlotte Perriand. « Établir des standards, consiste à s’occuper exclusivement de perfection. » lui explique Le Corbusier. Elle apprécie Pierre Jeanneret, architecte et cousin de Le Corbusier qui l’assiste depuis 1922.

Lors du Salon des Artistes décorateurs de 1928, Charlotte Perriand, René Herbst et Djo-Bourgeois se regroupent pour faire bloc contre la production des « décorateurs ». C’est en 1929, que se produit la rupture. Jeunes et fougueux, ils prônent l’emploi du métal et d’autres matières modernes et créent l’Union des artistes Modernes (UAM), union catalysant leurs idées révolutionnaires. La première exposition du groupe, se tient autour du thème « l’Art moderne, cadre de la vie contemporaine ». Ils se posent en faveur de l’art moderne qui est, pensent-ils « un art véritablement social… un art pur, accessible à tous, et non une imitation faite pour la vanité de quelques-uns. » Le premier manifeste est publié tardivement en 1934, la rédaction en est confiée à Louis Chéronnet, rédacteur en chef de la revue Art et décoration, l’art moderne est une réponse « à leur volonté de doter l’homme du XXème siècle d’un cadre raisonnable, c’est-à-dire capable de donner satisfaction à toutes les exigences matérielles et intellectuelles imposées par la conjoncture. » C’est dans les rangs de l’UAM que s’épanouit le talent militant de Charlotte Perriand, de Jean Prouvé et de Pierre Jeanneret qui y adhère en 1930.

La liberté, l’audace, l’indépendance et la solidarité caractérisent le trio. Charlotte Perriand quitte l’atelier de Le Corbusier en 1937 et met au point avant de partir en mission de conseil en art industriel au Japon en 1940, un programme de mobilier avec Jean Prouvé et Pierre Jeanneret et le BCC (Bureau central de construction) créé en 1939 par Georges Blanchon. A son retour elle est chargée de l’équipement des premiers hôtels de Meribel-les-Alues, 1946-1949. En osmose avec l’esprit de la vallée, elle utilise des madriers de sapin pour le mobilier et l’aménagement intérieur. Après la guerre, elle réalise l’équipement de la cellule-type de l’Unité d’habitation de Le Corbusier à Marseille, présentée au salon des arts ménagers, 1950. Son expérience et son goût pour la montagne se manifeste de façon exemplaire dans l’opération des Arcs démarrée en 1967, elle y consacre 20 ans de sa vie en prônant « Les loisirs pour tous ».

Véritable entrepreneur Jean Prouvé déploie son art avec volontarisme, homme d’action plus que de discours, il affirme « être de son temps, sans compromis. » Il expose ses premiers meubles en 1930. Sa rencontre avec les architectes Baudoin et Lods en 1933, l’incite à penser une nouvelle façon de faire de l’architecture avec une mise en œuvre structurelle innovante. En 1939, il dépose un brevet pour une construction à ossature démontable, pour les unités de combat, sa première construction à portique. Une réflexion sur les équipements de loisirs, lie pour la première fois, Pierre Jeanneret et Jean Prouvé en 1938. Une collaboration durable s’instaure entre ces deux esprits pragmatiques, grâce à la commande de constructions démontables, préfabriquées et équipées pour la construction en zone libre de l’usine de la Société Centrale des Alliages Légers (SCAL) à Issoire (1939-41). Pierre Jeanneret quitte la France en 1951 pour Chandigarh (Inde), afin de suivre le chantier de la ville administrative et d’en dessiner le mobilier. En 1953, Jean Prouvé complète la réalisation de tables en forme libre, avec Charlotte Perriand, ainsi que des séries de bibliothèques, dont le modèle « Tunisie ». En 1962, Charlotte Perriand part au Brésil où elle compose avec des bois indigènes. De rares commandes spéciales jalonnent son parcours, en 1966 elle équipe la résidence de l’ambassadeur du Japon à Paris.

Un sillon exemplaire signé Charlotte Perriand, Jean Prouvé et Pierre Jeanneret, une lecture moderne, abstraite et créative à la fois.

Demande de renseignements : Table ‘Forme libre’

Inscription à la newsletter

Pour recevoir la newsletter de la galerie Laffanour-Downtown, merci d’utiliser le formulaire de contact ci-dessous.